en

Les tatouages dans la mode : une histoire complexe et fascinante

Les tatouages dans la mode : une histoire complexe et fascinante

Le tatouage n’est pas une invention moderne. En réalité, ses origines remontent à environ 5000 ans avant J.-C., lorsque les Japonais ornaient des figurines en argile de motifs ressemblant à des tatouages. Depuis, des tatouages ont été découverts aux quatre coins du monde, des momies richement décorées de l’Égypte antique aux marins européens collectionnant les tatouages comme souvenirs de leurs périples éprouvants à travers le Pacifique Sud.

Une perception changeante au fil du temps

Historiquement, la façon dont les corps tatoués ont été perçus a été malléable et dynamique, la géographie, le statut socio-économique et l’évolution de nos valeurs dictant si les tatouages sont considérés comme des symboles d’individualité, des marques de rang, des emblèmes de honte ou des badges de distinction portés avec fierté. Si les tatouages artistiques, sous une forme ou une autre, ont été omniprésents tout au long de l’histoire, ce n’est que récemment qu’ils ont été intégrés à la mode grand public.

Les tatouages dans la mode : une histoire complexe et fascinante

Issey Miyake et sa collection Tattoo : un tournant

Pendant de nombreuses décennies, les top-modèles défilant sur les podiums les plus convoités du monde à Londres, Paris, New York et Milan n’étaient rien d’autre que des pages blanches, immaculées et vierges. Les tatouages n’avaient pas leur place dans le monde de la mode, jusqu’à ce qu’Issey Miyake présente sa collection Tattoo automne/hiver à New York en 1971.

Véritable célébration de la culture jeune, du rock’n’roll et de l’art contemporain, Tattoo, qui a vu les débuts de la désormais iconique robe peinte à la main et du body pour homme utilisant les techniques traditionnelles du tatouage japonais, a été largement reconnue comme un hommage affectueux à la culture traditionnelle japonaise du irezumi (tatouage), ainsi qu’aux idoles musicales de la jeune génération, en particulier Janis Joplin et Jimi Hendrix.

L’entrée des tatouages dans le mainstream de la mode

Dans le sillage de Miyake, à la fin des années 70, d’autres créateurs de renom ont commencé à intégrer des motifs ressemblant à des tatouages dans leurs collections :

  • Le top semi-transparent inspiré des tatouages de Martin Margiela (1989)
  • La collection Les Tatouages de Jean Paul Gaultier (1994)
  • La collection couture SS14 de Maison Margiela inspirée de Sailor Jerry

Les tatouages n’étaient plus cachés sous les vêtements ; ils les ornaient désormais fièrement. De même, des marques de prêt-à-porter beaucoup plus accessibles dans le monde entier ont commencé à construire leur ADN de marque « rebelle » méticuleusement élaboré sur la base du nouvel amour de la mode pour la subversion, à l’instar de Von Dutch et Ed Hardy dans les années 2000.

Les tatouages dans la mode : une histoire complexe et fascinante

Les tatouages en couverture des magazines

Bien que la mode ait fait du tatouage un trope vestimentaire convoité et que le prêt-à-porter l’ait transformé en un produit universellement disponible, du moins en ce qui concerne les vêtements, étonnamment peu de corps tatoués avaient fait la une des magazines de mode dans le monde.

Aujourd’hui, pratiquement personne ne lève un sourcil lorsqu’un tatouage à peine visible apparaît sur une couverture. Mais jusqu’à récemment, les tatouages plus imposants étaient encore généralement relégués dans les pages intérieures des magazines de mode haut de gamme ou des publications considérées comme « avant-gardistes » ou « de niche ».

La couverture de mars 2019 de Vogue américain mettant en scène Justin et Hailey Bieber a peut-être à elle seule réussi à rendre les tatouages importants et de grande taille acceptables une fois pour toutes. De même, la couverture de Rihanna pour le Vogue britannique de mai 2020 a marqué l’histoire en établissant deux nouveaux records d’un seul coup : non seulement c’était la première couverture de Vogue à placer un grand tatouage facial au centre, mais c’était aussi la première fois qu’une femme portant un durag apparaissait en couverture du Vogue britannique.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par British Vogue (@britishvogue)

Vers une permanence temporaire ?

Si les tatouages se sont intégrés dans le tissu des pratiques sociales acceptables dans une grande partie du monde, il est important de souligner les vastes différences culturelles qui existent encore aujourd’hui dans certains pays moins favorables aux tatouages comme le Japon, l’Iran, les Émirats arabes unis et la Corée du Nord. Cependant, dans l’ensemble, le tatouage semble avoir finalement perdu sa réputation subversive en devenant une affirmation de beauté et d’individualisme.

Des statistiques récentes montrent que, curieusement, ce n’est pas la jeune génération qui arbore le plus grand nombre de tatouages, mais plutôt la tranche d’âge des 30-49 ans. Pourtant, il suffit de passer cinq minutes à faire défiler son fil Instagram pour constater que les tatouages sont plus omniprésents que jamais. Une théorie est que l’art corporel n’est pas près de disparaître, mais qu’il prend plutôt une forme nouvelle et plus temporaire.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par djarii (@djarii)

Des acteurs majeurs de la beauté comme Fenty et NYX semblent également le penser, en proposant de vastes collections de « peinture corporelle » fortement pigmentée dans un large éventail de teintes et de couleurs. Ces palettes ont inspiré des légions de personnalités des réseaux sociaux à expérimenter l’art corporel temporaire, partageant leurs faux tatouages méticuleusement conçus avec leurs importantes bases de fans.

La nature caméléonesque de l’esthétique Instagram pourrait aider à expliquer l’évolution vers des formes moins permanentes de modifications corporelles, permettant aux individus de suivre les tendances éphémères. Comme l’explique la maquilleuse et streameuse Sophia White, « l’art corporel temporaire me permet de repousser mes limites créatives et d’explorer en toute sécurité ma propre image personnelle. Aujourd’hui, de plus en plus de personnes cherchent à s’exprimer de cette manière. »

Sommaire

Rédigé par Laurence Jardin

Je suis profondément immergé dans l'univers de la mode urbaine et du streetwear, des tendances émergentes aux classiques réinventés. En tant qu'expert en style et en tendances, j'ai une passion pour l'exploration des marques emblématiques, des collaborations créatives et des innovations dans le domaine de la mode. Que ce soit en décryptant les dernières collections ou en partageant mes réflexions sur l'évolution du style urbain, je m'engage à inspirer et à informer la communauté de street-style.fr.

Les tendances mode des années 80 font leur grand retour : comment les adopter avec style

Portez des mules à talons avec style : voici comment maîtriser la tendance sans faire démodé cette saison